La propagande dès la maternelle

an a 2 mamans

Dérives. Les livres pour enfants faisant la promotion de la théorie du genre ou de l’“homoparentalité” se multiplient. Des syndicats d’enseignants travaillent à leur diffusion au sein des écoles, avec le soutien du ministère. Enquête dans les rayons des libraires.

C’est l’histoire de deux manchots qui s’aimaient d’amour tendre, Roy et Silo. Deux mâles fort chagrinés de n’avoir pas d’oeuf à couver jusqu’à ce qu’un soigneur attentionné en glisse un dans le nid douillet qu’ils se sont fait. Après plusieurs semaines, Roy et Silo, pensionnaires du zoo de New York, donnent ainsi naissance à un bébé manchot prénommé Tango… Cette histoire vraie n’est pas encore un classique de la littérature enfantine, mais certains y travaillent activement.

Roy et SiloLes éditions Le Baron perché en ont publié une première version en 2010, Tango a deux papas, et pourquoi pas ? . Rue du monde en a sorti une autre l’an dernier, Et avec Tango, nous voilà trois !, que l’on peut notamment trouver à la boutique du zoo de Vincennes. « Rue du monde est une maison engagée, nous le revendiquons, dit son fondateur, Alain Serres. Nous voulons parler aux enfants du monde tel qu’il est tout en espérant leur donner envie de le construire autrement », quel que soit le sujet. Cet éditeur a déjà publié plusieurs ouvrages sur le racisme et le colonialisme. « La question des sans-papiers [est] très présente dans notre catalogue », précisait-il en 2011 dans un entretien accordé à la Confédération nationale du travail, qui se réclame de l’anarcho-syndicalisme.

Ancien instituteur, Alain Serres entretient les meilleures relations avec les syndicats d’enseignants : « Nous savons que nos livres sont extrêmement appréciés et utilisés dans le monde scolaire. » Il s’en est pris récemment à ceux qui combattent la diffusion du gender à l’école, critiquant avec virulence « les points de vue rétrogrades de M. Copé, de Mmes Bourges ou de La Rochère » dans un texte paradoxalement intitulé Protégeons nos enfants !.

Plusieurs livres sur ce thème ont déjà suscité de vives polémiques, et pas seulement ces derniers mois. En 2004, l’École des loisirs a publié Jean a deux mamans, un livre pour les enfants de moins de 3 ans qui présente l’“homoparentalité” comme un modèle familial parmi d’autres : « Mes deux mamans s’aiment comme un papa et une maman »… Aux parents qui s’en étonnaient, le collectif HomoEdu (qui « propose des ressources pédagogiques permettant d’aborder [en classe] les thèmes LGBT ») avait alors répondu que « l’école n’a pas à être coupée des débats sociaux ». Ses militants en profitaient aussi pour réclamer la révision de la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse, qu’ils jugeaient rétrograde.

Depuis, bien d’autres livres ont fait parler d’eux : Papa porte une robe, la Princesse qui n’aimait pas les princes, J’ai deux papas qui s’aiment… Des organisations assurent la promotion de ces ouvrages auprès des enseignants. Le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans le primaire, leur en a recommandé l’usage dans une brochure intitulée Éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire. Ce faisant, il ne fait qu’appliquer les revendications du collectif Éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire (article de Fabrice Maoudas, Valeurs Actuelles)...lire la suite…

 

Post Tagged with

Comments are closed.